Pamphlets sur la COVID-19 pour les patients et leur famille

Qu’est-ce qu’un ventilateur?

Un ventilateur est une machine qui nous aide Ă  respirer quand notre corps a du mal Ă  le faire tout seul.

Pourquoi une personne aurait-elle besoin d’un ventilateur?

Parfois, lorsque l’on a une infection pulmonaire, on a des difficultés à respirer. L’effort exercé par le corps en réponse à cette difficulté fait en sorte que les muscles qui aident à contrôler la respiration se fatiguent. Le ventilateur nous aide donc à respirer quand notre corps ne le fait pas correctement.

Le ventilateur peut aussi empêcher un affaissement pulmonaire. On pourrait comparer les poumons à des sacs remplis de ballons. Ces ballons, qui se gonflent et se dégonflent pendant qu’on respire, s’appellent alvéoles.

Quand on expire, ces ballons se dégonflent partiellement.

On peut se rappeler la difficulté que l’on avait en gonflant un ballon en tant qu’enfants : la partie la plus difficile était toujours le début, quand le ballon était complètement dégonflé. C’est en effet beaucoup plus facile d’élargir un ballon quand il y a déjà un peu d’air dedans. Nos corps se sont adaptés à cela en ne laissant jamais dégonfler complètement les ballons ou alveoles de nos poumons.

Certains virus, y compris le coronavirus, déclanchent dans notre système immunitaire une reponse excessive qui attaque le virus avec trop de force. Cela peut conduire à une porosité des membranes de nos vaisseaux sanguins et de nos alvéoles. Celles-ci peuvent alors se remplir de fluide.

L’excès de fluide dans les alvéoles les empêche de se remplir d’air et la quantité d’oxygène livrée au corps est, par conséquent, insuffisante. Pire encore, l’accumulation de fluide dans les alvéoles peut les pousser à s’affaisser. Tout comme les ballons, les alvéoles deviennent donc plus difficiles à gonfler.

C’est une des raisons pour lesquelles une personne qui a contracté la COVID-19 peut se sentir essoufflée. Dans les cas extrêmes, cette combinaison de facteurs peut entraîner une insuffisance respiratoire, ce qui peut provoquer une condition qui s’appelle le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Dans ce cas, un ventilateur peut aider à maintenir l’ouverture des alvéoles permettant au corps de respirer.

Comment un ventilateur est -il relié aux poumons?

Un ventilateur est relié aux poumons par une procédure appelée intubation.

Pour intuber un patient, un professionnel de la santé utilise une languette en métal ou en plastique pour maintenir la langue à l’écart des voies respiratoires. Ce dispositif permet au professionnel de la santé de s’assurer que le tube respiratoire entre dans la trachée (qui mène aux poumons) et non pas dans l’œsophage (qui mène à l’estomac).

Il existe aussi d’autres interventions qui peuvent être nécessaires quand un patient est admis à l’hôpital avec la COVID-19, ou quand il est intubé. Ces interventions comprennent:

1. Insertion d’un cathéter artériel : Un cathéter artériel  est un tuyau inséré dans une artère avec une aiguille. L’insertion se fait, généralement, dans le poignet. Ce tube permet une prise de mesure plus exacte de la pression artérielle et de la quantité d’oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang du patient.

2. Mise en place d’un cathéter veineux central : Ceci est un tube qui entre dans une veine qui mène au cœur. Un cathéter veineux central peut rester en place plus longtemps qu’un cathéter intraveineux ordinaire. Il permet aux médecins de transférer des fluides ou des médicaments au patient.

3. Mise en place d’une sonde urinaire : tube inséré dans l’urètre dont le role consiste à drainer l’urine du corps. Cette sonde est reliée à la vessie, où est stockée l’urine. Ceci permet de drainer librement l’urine de la vessie du patient. Si un patient est dans un état critique et a donc besoin d’être mis sous sédatif ou intubé, il est possible qu’il ne puisse pas aller aux toilettes, d’où la nécessité de la sonde urinaire. Par ailleurs, la sonde urinaire, surveille de près la quantité d’urine fabriquée par le corps, ce qui est une mesure importante de l’hydratation et de la santé des reins chez les patients gravement malades.

4. Mise en place d’un tube naso-gastrique, ou orogastrique : Un tube orogastrique passe de la bouche à l’œsophage puis à l’estomac. Les tubes orogastriques sont souvent utilisés dans les cas où une personne ne peut s’alimenter seule. Par exemple, ils sont nécessaires lorsqu’un patient est intubé permettant ainsi l’administration orale des médicaments aux gens qui ne peuvent pas s’alimenter indépendamment.

Avez-vous des idées pour plus d’infographiques ou d’autres questions pour lesquelles vous souhaitez des réponses visuelles ?

Voulez-vous contribuer comme traducteur ?

Écrivez-nous à: